Mission

Rapport d'activités 2014-2015

Retour vers l'aperçu

Les compétences de l’adjoint du gouverneur de la province du Brabant flamand sont fixées par l’article 65bis de l’arrêté royal du 18 juillet 19661 coordonnant les lois sur l’emploi des langues en matière administrative. Cet article a été introduit par la loi spéciale du 16 juillet 1993. Avec le présent chapitre, nous nous adressons au lecteur qui cherche plus d’informations à ce sujet. Étant donné qu’aucune modification en la matière n’a été introduite dans la période 2014-2015, cette partie reprend le texte du rapport d’activités précédent (2012-2013). 

L’adjoint du gouverneur veille au respect de la législation linguistique en matière administrative et dans l’enseignement dans les communes périphériques de Drogenbos, Kraainem, Linkebeek, Rhode-Saint-Genèse, Wemmel et Wezembeek-Oppem. Dès lors, un premier aspect de ses tâches comprend le contrôle. En effet, l’adjoint du gouverneur exerce la tutelle administrative spécifique vis-à-vis des autorités communales des communes périphériques. À cet effet, la loi sur l’emploi des langues en matière administrative impose aux bourgmestres de ces communes d’envoyer dans la huitaine les copies des décisions prises par les autorités communales qui concernent directement ou indirectement l’application de la législation linguistique. L’adjoint du gouverneur peut suspendre les décisions qui ne sont pas conformes à la loi sur l’emploi des langues en matière administrative. Il est donc possible que la décision concernée ne soit pas exécutée pendant 40 jours.

Ce même article de loi constitue également la base légale du deuxième volet de la mission de l’adjoint du gouverneur. La loi lui impose d’examiner les plaintes contre le non-respect de la législation linguistique en matière administrative qui sont introduites auprès de son service par une personne physique ou morale et qui sont localisables dans une des communes périphériques. Le cas échéant, une médiation peut être entamée afin de rapprocher les positions du plaignant et des autorités concernées.

Un dernier aspect n’est pas explicitement réglé par la loi mais est lié de façon inhérente à la fonction. Régulièrement, le service de l’adjoint du gouverneur est saisi par toutes sortes d’organismes et de services publics dans le cadre de demandes d’avis. Pour la plupart, une telle demande d’avis résulte d’un double souci: d’une part, les services publics doivent respecter la législation linguistique qui est d’ordre public. D’autre part, ils essaient de plus en plus de rencontrer les attentes des citoyens, qui font de l’accessibilité (transparence) et de l’accueil du client des objectifs importants. Ces derniers critères sont de plus en plus utilisés comme critères pour mesurer l’efficience des services; les pouvoirs publics évoluent ainsi vers des pouvoirs publics qui communiquent avec les citoyens ou les informent, au moyen, évidemment, des techniques de communication modernes. Confrontée aux dispositions de la législation linguistique, la mise en pratique de ces nouvelles techniques peut faire surgir diverses questions juridiques.


Note de bas de page: 

1 A.R. du 18 juillet 1966 coordonnant les lois sur l’emploi des langues en matière administrative, M.B. 2 août 1966, ci-après loi sur l’emploi des langues ou LCLA.